Le bonheur au travail, est-ce vraiment possible ?

C’est avec bonheur que j’écris ce billet : entouré des personnes qui me sont les plus chères, au beau milieu de l’été, je suis assis à l’ombre d’un arbre, je viens de faire un bon repas, je me sens libéré de toute contrainte et de toute résistance, je me sens bien…

On peut dire que le bonheur humain est une vaste question. Thierry Janssen a écrit en 2011 un livre très intéressant sur le bonheur, « Le défi positif ». S’il est parfois un peu académique, il donne de précieuses informations sur le bonheur. En matière de bonheur, je pense que la première question à se poser c’est ce qu’il couvre, ce qu’il signifie. Je vous invite à vous poser cette question pour quelques minutes, et vous verrez que ce n’est vraiment pas évident. Est-ce le simple plaisir des sens, est-ce la satisfaction intellectuelle, le confort matériel, la bonne santé ou est-ce un peu de tout cela ? Dans un sens, j’ai déjà pour ma part répondu à cette question dans la première phrase de ce billet. Une chose est sure pour moi, le bonheur inclut une dimension sociale importante : l’homme est un animal social, il est inconcevable d’être seul et heureux, ou même d’être riche, seul et heureux…

Dans ce livre, s’il y avait un seul élément essentiel à retenir, ce serait pour moi celui-ci : la capacité d’une personne à être heureuse dépend à 50% de son patrimoine génétique, à 10% des circonstances – seulement 10% – et à 40% de sa propre volonté d’être heureux. Pour faire simple, votre bonheur dépend en grande partie du choix que VOUS faites d’être heureux ou pas. Si vous êtes malheureux, il y a des chances que vous en soyez responsable, que vous ayez fait le choix d’être malheureux. Le Dalaï Lama lui-même nous confirme dans « L’art du bonheur : sagesse et sérénité au quotidien », que le bonheur est déterminé par notre état d’esprit plus que par les conditions dans lesquelles nous vivons. Je sais que cela est difficile à accepter, tant l’homme se voit comme une victime prisonnière des événements.

Comme le dit très justement Eckhart Tolle dans ses ouvrages, la première cause de malheur n’est jamais la situation mais vos pensées à son sujet. Ce qui explique que certaines personnes, dans les mêmes circonstances auront une vision « dramatiquement » différente de la situation, et parviendront à être réellement heureuses même face aux pires événements. Victor Frankl a étudié toute sa vie la capacité des gens à faire face aux pires circonstances, comme les camps de concentration auxquels il a lui-même réchappé, et sa conclusion c’est qu’avec du sens, l’homme peut dépasser son malheur. Pour en savoir plus sur Frankl, je vous invite à lire son œuvre «  Découvrir un sens à sa vie », j’ai également écrit il y a quelque temps un billet à ce sujet. Janssen a lui-même confirmé cette théorie, il donne l’exemple d’une patiente à qui il a annoncé qu’une maladie grave ne lui laisserait que quelques mois à vivre et qui parvint à dépasser la douleur physique et psychologique en donnant un sens à son malheur : transmettre à ses enfants et continuer à partager avec ses proches jusqu’à la fin.

Je pense que le bonheur au travail ne diffère pas du simple bonheur. En prenant en compte tous ces éléments, on peut conclure plusieurs choses qui nous amènent très certainement vers plus de sérénité au travail :

  •  que d’une, notre bonheur au travail dépend grandement de notre volonté – de notre choix même – de nous y sentir heureux
  • que de deux, il dépend de nos relations sociales : si je ne m’entends pas avec mes collègues, que le contexte social ne me convient pas, même avec l’activité la plus passionnante et beaucoup d’argent, il y a peu de chances que je sois jamais heureux
  • que de trois, si je trouve – que je donne – un sens à ce que je fais, quelle que soit mon activité,  je m’approche du bonheur.

Bien sûr, vous pouvez penser que ces éléments ne font qu’effleurer ce sujet… c’est vrai, et pourtant ils sont fondamentaux.  Je vous invite à continuer votre quête de bonheur grâce aux ouvrages formidables de Frankl, de Tolle et du Dalai Lama qui sont tous très faciles d’accès.

Et bien sûr, une bonne journée pleine de bonheur…

Publicités

Trackbacks

  1. […] suite à mon billet du mois d’août sur le bonheur au travail, j’ai envie aujourd’hui de vous parler de ce qui peut impacter notre réalité au travail. Car […]

  2. […] Et vous, avez-vous fait le tour de ces quatre dimensions, sont-elles pleinement satisfaites ? Sur le bonheur au travail, je vous renvoie vers le blog de Sylvaine Pascual, très riche en informations sur le bien-être, et sur mon autre billet « le bonheur au travail est-il possible ? ». […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s