Troisième principe : dépasser la loi de l’attraction et de la répulsion

ying_yang

Cette « sagesse » peut s’appliquer à notre vie personnelle comme à notre vie professionnelle, et nous permet de faire face de manière plus sereine à des difficultés dans l’entreprise, à des personnes (collègues, clients, fournisseurs, responsables…)

Article d’origine publié le 21/09/13 sur mon blog jechoisismavie.com

Ce qui relève de toi, transforme-le, améliore-le. Epictète

Parlons aujourd’hui de l’ego. Dans ma compréhension, c’est la partie en nous qui nous sert d’archives, de grand livre, que l’on ouvre chaque fois que l’on fait face à une situation, nous y accédons quasi-instantanément, et il nous dicte notre mode d’action. Parfois à raison, et bien souvent à tort, car il nous fait rejouer des scénarios anciens de « petit enfant » manifestement inadaptés à notre situation actuelle. Les sages de toutes les religions et toutes les philosophies nous disent la même chose : pour choisir sa vie et être heureux, il faut réussir à sortir de la loi de l’ego.

Cet ego fonctionne, selon Frédéric Lenoir, spécialiste des religions et écrivain, sur la base de l’attraction et de la répulsion, le j’aime/j’aime pas. Tout au long de notre vie, chacun de nous recherche des choses et des situations qui nous font plaisir, c’est la loi de l’attraction, et tout va bien si nous les atteignons, nous sommes heureux. Au contraire, si nous ne les atteignons pas, c’est la loi de la répulsion qui s’impose, et nous sommes malheureux. C’est le phénomène du rejet : problèmes de santé, situations professionnelles déplaisantes, personnes qui nous sont désagréables. C’est le fonctionnement naturel de l’ego, et si on ne fonctionne que comme cela, on ne peut pas connaitre un bonheur durable, car les événements désagréables sont inévitables. La vraie sagesse consiste donc à créer une paix durable au-delà des aléas de la vie.

Savoir dépasser ces deux lois, vers le détachement

Comment y parvenir ? C’est dire un oui inconditionnel à la vie avec ses bons et ses mauvais côtés, et accepter le réel tel qu’il est. Lorsqu’on lutte contre le réel, on se sent mal. Mais accepter la vie ne veut pas dire être fataliste. On peut agir sur ce qui nous touche directement, mais la sagesse c’est également de reconnaître et de discerner ce qui ne relève pas de nous. De ne pas nous crisper, de ne pas résister, de ne pas vouloir à tout prix que les choses soient autrement qu’elles ne sont, de savoir lâcher prise et d’accepter ce qui est.

Nous pouvons tirer un enseignement de ces aléas de la vie, un sens dirait Victor Frankl, voir ces situations comme des occasions de croissance. Dans les cycles qui recommencent éternellement, nous connaissons des périodes de croissance dans la spirale (l’avez-vous en tête?), et des périodes de descente : ce sont celles-là, quelle que soit leur forme, sur lesquelles nous nous appuyons pour remonter à nouveau, et surtout pour grandir et avancer un peu dans la spirale.

Croire que la vie ne nous a pas mis cet obstacle sur notre chemin pour nous briser est très puissant. Réussir à se détacher, par exemple en trouvant du sens à une situation que l’ego aurait tendance à ne juger que néfaste, ou tout simplement en ne faisant rien là ou l’ego voudrait tout bousculer et tout changer, rien que cela nous apporte de la sérénité et nous aide à faire face. Essayez dès maintenant !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s