De la compétition individuelle à la coopération créative

Sans titre-1Parmi les nombreuses définitions de l’intelligence, l’une me convient bien: c’est la capacité à s’adapter à une situation nouvelle, autrement dit à s’adapter au changement. Comme je l’ai déjà évoqué précédemment dans “la chenille et la papillon”, le monde est changement, et la position la plus efficace face au changement, c’est de réaliser la synthèse des éléments existants, les cellules de la chenille, avec des éléments novateurs, les cellules du papillon. Cette alchimie se réalise par l’action collective, la coopération.

C’est donc une évidence, on est plus intelligents à plusieurs que seul. En fait je pousse plus loin même : l’intelligence dans les organisations n’existe qu’en collectif. Dans un monde inter-connecté, complexe et organisé en systèmes, l’intelligence d’un individu isolé présente une possibilité d’évolution très limitée. On dit souvent que la qualité première d’un responsable c’est de savoir bien s’entourer, je pense que c’est vrai. Qu’auraient réalisé les “grands hommes” de notre histoire, les chefs d’entreprises visionnaires, s’ils avaient été seuls ? Vraisemblablement pas grand-chose. Soyons intelligents, oui, mais à plusieurs. [Read more…]

De la chenille au papillon, le changement dans l’entreprise

080304200858-largeLorsque l’on observe un instant le monde qui nous entoure, on remarque des processus répétitifs. Un de ces processus visibles, c’est le changement et la transformation. L’histoire même de notre univers est jalonnée de changements globaux, du big bang à l’extinction des dinosaures en passant par l’avènement de plusieurs générations d’hommes, jusqu’à la disparition de peuples, et la réalisation et l’anéantissement d’entreprises humaines. Le changement est dans la nature, et on le retrouve partout dans notre vie quotidienne, à toutes les échelles et à tous les niveaux du monde, et bien sûr dans l’entreprise également. Aucune organisation naturelle, aucune organisation humaine, ne se maintient en l’état éternellement, c’est contraire à la réalité du monde.

On peut facilement reconnaître que ces mouvements, globaux ou locaux, l’histoire du monde, des organisations, des hommes, se font en spirale: il y a tout d’abord naissance, expansion, puis régression et mort, puis renaissance et expansion à nouveau, à la manière d’un modèle en spirale. Pendant la phase de croissance, tout va bien temporairement (le temps étant ici une valeur relative à l’organisation dont on parle), et dans la phase dite de régression, plusieurs éléments se battent pour leur survie. [Read more…]